Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="https://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=327"></iframe>

John Mayall : « Live Three for the Road » (2018)

lundi 8 octobre 2018Joel-Yves

John Mayall : « Live Three for the Road » (2018)

A 84 ans, John Mayall a sorti son 66e album intitulé « Live Three for the Road ». Pour l’enregistrement, c’est une formation en power trio qui a été utilisée. Exit la guitare. John Mayall est au chant, à l’harmonica et aux claviers, Greg Rzab demeure à la basse et Jay Davenport à la batterie.

Le choix de ce format de groupe par le vétéran du blues est intéressant. Le Trio est une formule exigeante. Il nécessite une complicité ainsi qu’une complémentarité totales entre les trois musiciens. Chacun doit apporter son écot pour que la formule fonctionne. Et çà peut fonctionner. Du Jimmy Hendrix Experience à ZZ top en passant par Taste, l’histoire est pleine de groupes redoutablement bons.

Dans son Dossier de presse, John Mayall affirme : "J’ai trouvé que l’interaction et la dynamique [du format trio] ont créé un son plus personnel dans mes performances live. »

Pour cet album constitué de neuf titres, John Mayall a sélectionné un savant mélange entre ses compositions récentes ou anciennes, et des reprises de ses compositeurs favoris : Lionel Hampton, Sonny Landreth ou Sam Hopkins.

Les enregistrements ont eu lieu lors de concerts en Allemagne. A Dresde et Stuttgart en mars 2017.

Après une brève introduction l’album démarre vraiment avec une composition de Eddie Taylor : « Bigtown Playboy ». Un chouette Rhytm’n’ Blues.

S’ensuit « I feel so bad ». une composition de Lightin’ Hopkins que John Mayall avait déjà reprise sur son album « Find A Way To Care » publié en 2015. Le piano et l’harmonica du maître sont mis en avant sur de jolis soli. L’énergie déployée nous fait oublier son age.

John Mayall trio

« The Sum Of Something » est une composition de Curtis Salgado. John Mayall l’interprète dans une version jazzy pour le moins intéressante. Le vétéran l’avait enregistrée sur son album Though en 2009.

« Streamline » apparaît comme un retour aux sources. Sa première publication date de 1969 sur l’album Blues Giant. Quand on réécoute la version originale, çà fait un choc. Presque 40 ans les sépare. Quel chemin parcouru !

« Tears Came Rollin’ Down » est un blues lent, de structure classique de Henri Townsend déjà interprété par john Mayall sur son album « Uncle John’s Nickel » en 1994.

Avec « Ridin’ On The L & N », l’écoute retrouve une dynamique certaine L’âme de son auteur , Lyonnel Hampton est bien présente. Un bel hommage.

« Don’t Deny Me » reste sur le même rythme. C’est une composition de Gregg Allman reprise par John Mayall, en 2017, sur l’album « Talk About That ».

Sur « Lonely Feelings », le piano sonne comme un xylophone. Les miracles de la technologie.

Congo Square, nous renvoie vers la Nouvelle Orléans. Cette composition de Sonny Landreth et magnifiquement interprétée et referme l’album.

L’un des grands intérêts de cet album est que le format en trio permet à John Mayall de démontrer ses qualités aux claviers alors que dans les formations plus importantes, son instrument se perd un peu au milieu des autres.

Désolé de décevoir ceux qui espère que John Mayall travaillera encore dans cette formule de Power Trio. L’artiste annonce déjà dans son dossier de presse que « Je continuerai à explorer les talents de guitaristes bien connus de tous les amateurs de rock and roll. Ils seront présents en force sur le prochain album studio. »

John Mayall

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?