Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="https://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=341"></iframe>

Joe Bonamassa - Driving Towards the Daylight (2012)

samedi 13 octobre 2018Joel-Yves

Joe Bonamassa - Driving Towards the Daylight (2012)

Joe Bonamassa a publié son 13e album, « Driving Towards The Daylight » en 2012. Un album produit par Kevin Shirley. L’enregistrement a été effectué à Las Vegas. Un retour aux sources en quelque sorte. C’est dans ce même studio que les deux compères ont enregistré leur premier album commun, You & Me en 2006.. Driving Towards The Daylight est sans aucun doute l’album le plus blues de Bonamassa ces dernières années. Il se compose de quatre originaux et de sept reprises. Kevin Shirley voulait pousser Bonamassa hors de sa zone de confort et l’a fait en faisant venir un groupe de musiciens de session talentueux, dont Brad Whitford d’Aerosmith.

Joe Bonamassa "Tour de Force" - "Dislocated Boy" from Hammersmith Apollo

L’album débute avec le "Dislocated Boy" de Bonamassa, un rock puissant. Dans cette chanson,il affirme haut et fort la filiation de son inspiration.

All I need is my old guitar,
And I’ll play you the best damn blues.
Heavy affections, and I hate to lose.
Thirty-five years ago,
I was born on Robert Johnson’s.
 
Tout ce dont j’ai besoin, c’est de ma vieille guitare,
Et je vais te jouer le meilleur blues du monde.
De fortes affections, et je déteste perdre.
Il y a trente-cinq ans,
Je suis né chez Robert Johnson.

S’en suit une reprise de Robert Johnson, "Stones In My Passway", l’adaptation en blues rock moderne d’une chanson vieille de 75 ans. Sur cette chanson, Joe Bonamassa montre ses progrès en matière vocale. Par rapport à ses précédents album, il monte plus haut et tient mieux la note.

La chanson-titre suit. Elle est l’une des chansons les plus fortes que Joe Bonamassa ait écrites à ce jour. Le guitariste s’est amusé en expliquant qu’il n’a jamais écrit une chanson à succès. Pourtant "Driving Towards The Daylight" est le contre-exemple parfait.

Joe Bonamassa

"Who’s Been Talkin’", une reprise de Howling Wolf représente bien cette tentative de retour aux sources.

"I Got All You Need" et "A Place In My Heart" sont parmi les morceaux les plus blues de l’album. Son travail sur les riffs de guitare est intéressant. Les notes plaintives correspondent parfaitement à l’ambiance des textes. "A Place In My Heart » rappelle quelque part le jeu de Gary Moore.

Joe Bonamassa - A Place In My Heart

"Lonely Town Lonely Street", revient vers un blues rock classique. Anton Fig, derrière sa batterie, réalise une performance monstrueuse. Sans parler du duel final entre la guitare et l’orgue Hammond

"Heavenly Soul", l’un des titres écrits par Joe Bonamassa comporte un riff superbe. C’est peut-être la chanson la plus intéressante vocalement.

"New Coat Of Paint" de Tom Waits est un Bel hommage de Joe Bonamassa à l’un de ses artistes préférés.

"Somewhere Trouble Don’t Go", est une jolie mélodie rock qui ravit les fans de la première heure.

L’album se termine avec le classique de Jimmy Barnes, "Too Much Ain’t Enough Love", mettant en vedette le dit Jimmy Barnes, qui chante comme un tueur.

Joe Bonamassa

"Driving Towards The Daylight" reste à ce jour un excellent album. Au-delà des reprises arrangées à la sauce du guitariste, ce CD rassemble de jolies trouvailles en matière de riffs de guitare et quelques solos superbes. Joe Bonamassa montre qu’il peut écrire des textes joliment tournés et une musique pleine d’âme et de sens.

Par contre, on peut lui reprocher une production trop lisse là où certaines chansons, en parti les classiques repris sur cet album auraient besoin d’un son et d’un jeu bien plus brut de décoffrage pour arriver à quelque chose de parfait. De même Les arrangements conduisent à ce que quelqu’un qui ne les a jamais entendus auparavant pourraient les prendre pour des créations de Joe Bonamassa tellement elles sont formatées à son jeu. Au lieu de gagner en richesse par l’apport d’une nouvelle interprétation elles perdent leur originalité en étant fondues dans le moule.

Too Much Ain’t Enough Love

Piste Titre auteurs(s) Durée
1. "Dislocated Boy" Joe Bonamassa 6:40
2. "Stones in My Passway" (Enregistrement original Robert Johnson) Robert Johnson 3:58
3. "Driving Towards the Daylight" Bonamassa, Danny Kortchmar 4:50
4. "Who’s Been Talking ?" (Enregistrement original Howlin’ Wolf) Chester Burnett 3:28
5. "I Got All You Need" (Enregistrement original Taylor) Willie Dixon 3:04
6. "A Place in My Heart" (Enregistrement original Bernie Marsden) Bernie Marsden 6:48
7. "Lonely Town Lonely Street" (Enregistrement original Bill Withers) Bill Withers 7:08
8. "Heavenly Soul" Bonamassa 5:55
9. "New Coat of Paint" (Enregistrement original Tom Waits) Tom Waits 4:06
10. "Somewhere Trouble Don’t Go" (Enregistrement original Buddy Miller) Buddy Miller† 4:59
11. "Too Much Ain’t Enough Love" (feat. Jimmy Barnes ; Enregistrement original Jimmy Barnes) Jimmy Barnes, Jonathan Cain, Neal Schon, Randy Jackson, Tony Brock 5:37
Joe Bonamassa - Driving Towards the Daylight (2012)

Joe Bonamassa – guitar (all tracks), vocals (all tracks except 11), Dobro (track 1), mandolin (track 8), backing vocals (track 11)
Anton Fig – drums and percussion (all tracks)
Arlan Schierbaum – organ (all tracks except 2), piano (tracks 2, 3, 7, 10 and 11)
Kevin Shirley – guitar (tracks 2 and 6), tambourine (tracks 4 and 7), toy piano (track 1), cowbell (track 10), percussion (track 11)
Brad Whitford – guitar (tracks 1-4, 7, 9 and 11)
Michael Rhodes – bass (tracks 1-4, 7, 9 and 11)
Doug Henthorn – backing vocals (tracks 1, 3, 8, 10 and 11)
Carmine Rojas – bass (tracks 5, 6, 8 and 10)
Blondie Chaplin – guitar (tracks 5, 6 and 8)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?