Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="https://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=452"></iframe>

Interview de Samantha Fish by By Bill Harriman Sound Wave juillet 2019

mardi 9 juillet 2019Joel-Yves

Une de Sound Waves

Il n’y a pas si longtemps, Samantha Fish était décrite comme une étoile montante sur la scène du blues contemporain. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Elle s’est fermement établie en tant que tête d’affiche de tournées jouant devant des auditoires de plus en plus nombreux à travers le monde. Une grande chanteuse avec un jeu de guitare incroyable. Elle a un regard sur elle même vraiment « cool » alors qu’elle est à la tête d’un grand groupe qui comprend une section complète de cuivres. Au fur et à mesure de sa diversification dans différents styles musicaux, sa base de fans s’est élargie. Dans ses spectacles, on retrouve aujourd’hui, non seulement des passionnés de blues mais aussi des amateurs de rock sudiste ou d’« americana ». La scène « jam » commence également à la prendre en compte..

Samantha Fish

Samantha a grandi dans une famille de musiciens à Kansas City, Missouri. Son père jouait de la guitare et sa mère chantait. Sa grande sœur Amanda est aussi une musicienne professionnelle qui tourne dans le circuit du blues avec son propre groupe.

Kansas City, contrairement à St. Louis, a toujours été un lieu plus associé au jazz qu’au blues. Cependant, il y a des exceptions. Kansas City possède l’un des clubs de blues les plus populaires du pays, Knuckleheads. Il s’agit d’un club qui sort carrément de l’ordinaire car il se trouve pratiquement sous un viaduc d’autoroute avec des voies ferrées directement derrière lui et de nombreuses motos généralement garées à l’avant. Samantha y assistait régulièrement à des concerts avant d’y jouer elle-même. Elle est finalement apparue sur un DVD qui a été tourné là-bas en 2013 intitulé The Healers « Live at Knuckleheads ».

The Healers As the Years Go Passin’ By

Son premier enregistrement, cependant, y est nettement antérieur. En 2009, alors qu’elle n’avait que 20 ans, Samantha a sorti un disque live sur son propre label. Il a attiré l’attention de certains musiciens qui l’ont recommandée à Ruf Records. (Sa discographie complète est accessible ici).

Ruf l’a engagée avec deux autres artistes de blues féminines, Cassie Taylor et Dani White. Le trio a enregistré un disque intitulé « Girls with Guitars » qui a coïncidé avec une tournée en Amérique et en Europe dans le cadre de la plus grande caravane de blues que Ruf Records ait montée. [1]

Dani Wilde, Victoria Smith & Samantha Fish - Down in the Swamp - Blues Caravan 2012

Deux ans plus tard, Samantha remporte un prix de musique blues pour son premier album solo sur le label Ruf « Runaway ». Parmi les plus récents, citons « Wild Heart », sorti en 2015, « Chills & Fever » et « Belle of the West », qui sont sortis à quelques mois d’intervalle en 2017. Le 20 septembre prochain, un nouveau CD intitulé « Kill or be Kind » sortira sur le label Rounder Record. Deux extraits de ce CD intitulé « Watch it die » et « Love Letters » sont disponibles sur le site de Samantha.

Samantha Fish connait notre région. Récemment, elle a joué au Wolf Den et, précédemment, au Infinity Hall. Le samedi 13 juillet 2019, elle sera l’une des têtes d’affiche du festival Green River Festival à Greenfield, Massachusetts. Cette entrevue téléphonique a eu lieu dans la matinée du mercredi 5 juin. Elle revenait tout juste d’Europe.

Samantha Fish

BH - Comment était la tournée européenne ?

SF - « Nous sommes partis un peu plus de trois semaines. La tournée a été très réussie, mais nous sommes heureux d’être de retour aux États-Unis. Nous sommes prêts pour l’été. »

BH - Y a-t-il des différences entre le public européen et le public américain ?

SF - "Oh mon dieu ouais ! C’est drôle les différences de cultures et les différents niveaux de politesse selon les pays. Je pense qu’il est bien connu qu’en Angleterre, le public est parfois un peu plus réservé et poli, alors que dans un pays comme l’Allemagne, il est plutôt bruyant.

Mais oui, il y a peu de différences régionales d’un pays à l’autre. Je pense que nous n’y sommes pas habitués parce que nous vivons dans un pays si vaste. Bien que nous ayons des différences culturelles d’un État à l’autre, c’est vraiment énorme et vaste là-bas. C’est amusant. Tout le monde a été merveilleux et ils sont tous là pour les mêmes raisons."

SAMANTHA FISH IN THE UK - Watch It Die - Band On The Wall - Manchester - 14/05/19.

BH - Vous participerez à quelques festivals cet été, dont le Green River Fest à Greenfield, Massachusetts. Aimez-vous les festivals et passer du temps avec d’autres musiciens ?

SF - « Ouais, j’aime bien si on a le temps. Mais parfois, on ne fait qu’y passer. Mais nous venons de faire le festival Blues de Byron Bay cette année et nous y sommes restés trois ou quatre jours. J’aime bien quand on peut passer quelques jours dans un grand festival comme celui-là où on peut vraiment s’imprégner de ce qui se passe avec les différents groupes. C’est rare de nos jours parce que nous sommes à l’intérieur et à l’extérieur, mais quand nous avons l’occasion de traîner un peu partout, j’en profite vraiment. Je m’inspire en regardant les autres. C’est ce que la musique fait à tout le monde, donc je n’aime pas seulement la jouer, j’aime, aussi, l’écouter. »

Buddy Guy and Samantha Fish - « Goin’ Down Slow/Close to You » - Vienna VA, 6/23/2019

BH - Vous avez une courte tournée avec Buddy Guy et Kenny Wayne Shepherd en juin et une tournée plus longue avec Mark Broussard à l’automne. Vous aimez partager la scène ?

SF - « Nous le faisons de toutes les manières possibles et honnêtement. J’ai fait des tournées de tête d’affiche, j’ai fait des tournées de soutien et j’ai partagé la scène avec d’autres artistes. En fait, il s’agit simplement d’unifier et de réunir nos deux auditoires collectifs. L’idée, c’est qu’on nous présente à un nouveau public et, espérons-le, qu’on y amène aussi le notre. C’est juste une collaboration et un marketing croisés et honnêtement, c’est un spectacle spécial. C’est quelque chose que les gens ne verront plus, donc c’est vraiment unique. »

Samantha Fish - Chills and fever (2017)

BH - « Chills & Fever » et « Belle of the West » sont sortis à quelques mois d’intervalle en 2017. Pourquoi cette décision a-t-elle été prise ?

SF - « C’était une expérience intéressante en ce qui concerne l’évolution de l’industrie. Il n’est pas habituel de publier deux albums en un an. Mais j’avais l’impression que parce qu’ils étaient si différents l’un de l’autre, c’était bien. C’était vraiment cool parce que je pense que ça a maintenu l’intérêt des gens. Nous étions inquiets parce que c’est comme si c’était une sorte de décision courageuse de sortir deux disques en un an. Et si l’un n’a pas eu autant de succès que l’autre ? Ou les gens n’aiment pas ça ? Mais je pense que parce qu’ils étaient si différents et spéciaux et qu’ils avaient leur propre personnalité, c’était ce qu’il fallait faire. »

Samantha Fish Belle of the west (2017)

BH - J’aime votre version bluesy de « Hello Stranger ». Je ne connais que la version de Barbara Lewis qui a fait la une de toutes les radios classiques.

SF - « C’était une chanson effrayante à reprendre parce qu’elle a une telle personnalité et la façon dont elle la chante et l’instrumentation ; c’est une chanson si importante comme tu le disais. J’avais un peu peur de l’affronter, mais nous l’avons travaillée et l’avons faite nôtre. Les gens semblent vraiment avoir un lien avec celle-là en particulier. »

BH - Luther Dickenson a produit « Wild Heart » et « Belle of the West ». Qu’est-ce qui fait de lui un si bon producteur pour vous ?

SF - « Luther est vraiment un gars créatif. C’est un de mes guitaristes préférés. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai été attirée par lui. J’ai beaucoup aimé son style de production sur ses albums avec les North Mississippi Allstars. J’ai toujours été une de ses fans. Nous avons donc eu l’occasion de travailler ensemble, et pour lui, de venir produire mes disques. On s’est tellement bien amusés et j’ai eu une très bonne connexion, je le sentais, sur »Wild Heart« . Je voulais faire »Belle of the West« avec lui. Ce que je voulais, c’était un disque semi-acoustique qui marirait ces chansons d’Americana à un son du nord du Mississippi comme sa production en particulier à Zebra Ranch. (Le studio de Dickenson) C’est juste le collectif de musiciens qu’il a constitué, cette base sonore qu’il peut poser sur les chansons. Il a vraiment une bonne oreille pour les superpositions et les différentes techniques de production. C’est incroyable ce qu’il fait. »

’’POOR BLACK MATTIE’’ - SAMANTHA FISH BAND, Jan 31, 2014

BH - Il y a un titre qui se démarque, « Poor Black Mattie », avec un musicien nommé Lightnin’ Malcolm. C’est quelqu’un avec qui Luther t’a branché ?

SF - « En fait, je connais Malcolm depuis des années. C’est un chanteur de blues de la région du Mississippi/Tennessee. Je pense que Malcolm a été l’une des premières personnes que j’ai rencontrées quand j’ai commencé à jouer de la musique à l’âge de 17 ans. J’ai toujours voulu faire un duo avec lui, c’était un de ces moments où la boucle est bouclée. »

Samantha Fish - Kill Or Be Kind (2019)

BH - Parlez-moi de votre nouveau CD « Kill or be Kind ». Je n’ai entendu que les deux titres qui sont sortis.

SF - « C’est une collection de chansons originales. J’ai beaucoup co-écrit sur cet album. J’ai travaillé avec des auteurs de Nashville à Los Angeles et cela m’a poussé en tant qu’autrice sur ce sujet. Je voulais vraiment exprimer ce que j’ai appris des deux derniers albums comme »Chills and Fever", ce ne sont pas mes compositions. J’ai beaucoup appris sur les structures des chansons. Ces chansons n’étaient pas des tubes pop, elles n’étaient pas des chansons à succès, mais elles auraient dû l’être. Elles avaient tous les bons éléments de ce qu’est une chanson pop de l’époque. J’avais donc envie de travailler davantage sur ce son accrocheur ou mélodique. Je suppose que la sensibilité pop de l’écriture d’où tu tiens ce genre de mélodies accrocheuses. Tu vois ce que je veux dire ? Mais je voulais marier ça au blues et trouver la voix de l’Americana à travers lui. On a fini par aller à Memphis et comme on peut l’entendre un peu sur ces deux chansons, on a utilisé des cuivres de Memphis pour qu’il y ait ce genre de sentiment soul tout au long de l’album.

J’en suis très fière. J’ai hâte que les gens l’entendent parce que je me suis mise la pression en tant que guitariste. Il y a beaucoup de superpositions et de textures différentes. C’est du rock and roll, de la soul, de la pop, du blues, mais c’est moi. C’est unique pour moi et j’ai l’impression que les gens vont s’y connecter et voir l’individu qui s’y trouve.« 

SAMANTHA FISH »LOVE LETTERS" LIVE @ THE NOLA CRAWFISH FEST 2019

BH - Je vois que vous êtes très active dans les médias sociaux. Je comprends à quel point c’est nécessaire de nos jours. Ça vous a été d’une grande aide ?

SF - « Je pense que qu’il tiennent une grande place dans l’activité de tout le monde aujourd’hui. C’est la façon de se faire entendre. Certains canaux »hold school" fonctionnent encore. Vous obtenez une grosse maison de disques ; vous avez un énorme succès à la radio qui aide. C’est toujours une bonne façon de gagner des fans, mais il semble qu’il n’y ait plus de place pour les artistes indépendants et les artistes en herbe pour construire une base de fans sans ces outils et pour les mettre sur la bonne voie pour y parvenir. Donc oui, les médias sociaux m’ont été d’une grande aide pour moi et pour ma carrière. Et on pense qu’il est si important de rester en contact avec les fans.

Tu dois le faire. L’expérience en direct est plus importante, d’une certaine façon, que la vente de disques parce que le streaming existe maintenant. Tu vois ce que je veux dire ?

Les médias sociaux nous aident à rester en contact avec les fans et vous vous créez une amitié avec tout le monde. Vous faites tous ce voyage ensemble. Les médias sociaux aident à coller tout ça ensemble".

Samantha Fish

BH - Vous participerez à une croisière « Jam » plus tard dans l’année. Aimeriez-vous faire partie de la scène « Jam » ?

SF - « Je suis tellement excitée par cette croisière parce que, l’un de mes objectifs avec ma musique originale est de la pousser au-delà du genre dans lequel nous avons été classés initialement. Je pense qu’en tant qu’artiste, c’est un défi de grandir et de changer. C’est donc un pas de plus vers le dépassement des limites d’un genre et vers le dépassement de soi en tant qu’interprète. J’en suis ravie parce que nous avons gratté la surface de certains de ces festivals pendant un certain temps. Et c’est généralement à ce moment-là que je donne notre spectacle le plus rock possible. Comme si on allait jeter toute la merde du rock sur tout le monde et voir comment ça colle ! »

Joe Bonamassa, Kenny Wayne Shepherd, Samantha Fish, Walter Trout - Going Down - KTBA Cruise 2019

BH - J’ai lu que vous aimeriez essayer la comédie. Comment ça se passe ?

SF - « C’est un de mes objectifs. Tu sais, une partie de la malédiction d’être occupé en ce moment est de ne pas avoir tout le temps du monde pour faire ce que l’on veut. Mais c’est quelque chose que je veux faire. Je dois prendre le temps de le faire parce que, comme pour n’importe quoi d’autre, une fenêtre de temps se présente toujours pour y arriver. Je veux vraiment essayer d’entrer dans quelque chose comme ça. »

Ce serait génial de voir Samantha Fish dans un film un jour. Tu ne pouvais pas l’imaginer en femme fatale dans un film noir ? Mais jusqu’à ce jour, nous pourrons profiter d’elle comme la grande musicien qu’elle est devenue. Au Festival de Green River, elle partagera la scène avec un ensemble diversifié et talentueux d’artistes tels que Lucinda Williams, The Wood Brothers, Rhiannon Giddens, Tyler Childers, Angelique Kidjo, Fantastic Negrito, Cedric Burnside, Eilen Jewell et plusieurs autres. Il se passe de bonnes choses pour la chaude et rouge Samantha Fish !

Samantha Fish

[1un album est issu de cette tournée : Blues Caravan 2012 « girls with guitars live »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?