Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=250"></iframe>

Eddie Boyd - Third Degree (troisième degré)

mardi 26 juin 2018Joel-Yves

Eddie Boyd - Third Degree (1953)

Edward Riley Boyd, connu sous le nom de Eddie Boyd (25 novembre 1914 – 13 juillet 19941) est un pianiste de blues américain né sur la plantation de Stovall près de Clarksdale dans l’Etat du Mississippi.

En 1936, Boyd élit domicile à Memphis, où il joue de la guitare et du piano dans son groupe, les Dixie Rhythm Boys. Il suit ensuite la grande migration afro-américaine vers le nord et les usines de Chicago, en 1941. Durant les années 1940 il joue en compagnie de Memphis Slim (son demi-frère), Muddy Waters (son cousin) et Sonny Boy Williamson II.

Cette chanson, co écrite avec Willie Dixon a été enregistrée par Eddy Boyd à chicago chez Chess en 1953 (Willie Dixon joue de la contrebasse sur l’enregistrement initial)

Eric clapton a repris cette chanson sur son album « From the Cradle » publié en 1994. quelque mois après le décès de Eddie boyd

Third Degree

Got me accused of peeping, I can’t see a thing
Got me accused of petting, I can’t even raise my hand
Bad luck, bad luck is killing me
Well, I just can’t stand no more of this third degree

Got me accused of murder,
I never harmed a man
Got me accused of forgery,
I can’t even write my name
Bad luck, bad luck is killing me
Well, I just can’t stand no more of this third degree

Got me accused of taxes,
I don’t have a lousy dime
Got me accused of children,
And ain’t nary one of them are mine
Bad luck, bad luck is killing me
Well, I just can’t stand no more of this third degree

Eddie Boyd

Troisième degré

On m’a accusé de voyeurisme, je ne vois rien.
On m’a accusé de caresses, je ne peux même pas lever la main.
La malchance, la malchance me tue.
Eh bien, je ne peux plus supporter ce troisième degré.

On m’a accusé de meurtre,
Je n’ai jamais fait de mal à un homme.
On m’a accusé de contrefaçon,
Je ne peux même pas écrire mon nom.
La malchance, la malchance me tue.
Eh bien, je ne peux plus supporter ce troisième degré.

On m’a accusé d’impôts,
Je n’ai pas un sou pourri.
Il m’a fait accuser d’enfants,
Et aucun d’entre eux n’est le mien.
La malchance, la malchance me tue.
Eh bien, je ne peux plus supporter ce troisième degré.

Eddie Boyd - Third Degree

Eric Clapton - Third degree, Pavarotti and friends (1996)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?