Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=189"></iframe>

D’où vient le terme « blues » ?

mardi 24 avril 2018Joel-Yves

Route 61

D’où vient le terme "blues" pour désigner l’une des plus belles musiques américaines ?

L’une des hypothèses possible est que l’origine du terme viendrait d’une expression anglaise du 17e siècle "the blue devils" (les diables bleus) qui dénome ainsi les hallucinations visuelles intenses qui peuvent accompagner le sevrage alcoolique sévère. Raccourci au fil du temps aux « blues », il est venu à signifier un état d’agitation ou de dépression. "Blue" était le terme d’argot pour « ivre » par les années 1800. Le lien entre "blues" et l’alcoolisation est également indiqué par "blue laws" qui interdisent encore la vente d’alcool le dimanche dans certains États.

Au tournant du siècle, une dans de couple faisant intervenir un lent déhanchement devient populaire dans les cabarets du sud. On l’appelle "the blues" ou "the slow drag". Dans les cabarets ruraux, les soirs de week end les couples boivent et dansent sur un rythme érotique accompagnés par un "bluesman" à la guitare.

Little Milton Campbell

Aujourd’hui, les musiciens jouent le "blues" dans le format de douze mesures introduit par William C. Handy en 1912 dans sa chanson "Memphis Blues." Cependant, les choses ne sont pas aussi simple. Il ne s’agit pas d’une règle absolue John Lee Hooker ne procédait pas de cette façon. Il procédait à des changements d’accord et de rythme à chaque fois qu’il le jugeait nécessaire, ses paroles n’étaient pas nécessairement rimées non plus. William C. Handy a probablement posé une grille rythmique pour obtenir un cadre rigoureux et simple. Compter douze mesures et recommencer.

John Lee Hooker - HoboBlues

C’est une structure qui parait un peu artificielle. Le blues typique est basé sur les trois vers en appel et réponse créés par les esclaves dans les champs. Ces africains ont transposé au rythme du travail des champs ce qu’ils faisaient chez eux : improviser des chansons au rythme de la tâche à accomplir. Un chanteur répete un vers à deux reprises et un autre lui répond en improvisant.

I got the blues so bad, it hurts my feet to walk
I got the blues so bad, it hurts my feet to walk
This house is on my brain, it hurts my tongue to talk

"Lonesome House Blues", Blind Lemon Jefferson

Le chant et de tambour des esclaves étaient très sophistiquée. Les africains utilisaient le vibrato, le tremolo, les voix de fausset, les accents, les timbres rauques et criards. de nombreuses techniques vocales pour transmettre de nombreuses nuances de sens. Les musiciens africains étaient également plus avancé dans les rythmes contrapuntiques, polyphoniques que leurs homologues européens.

Les colons ne mesuraient rien de tout cela car beaucoup de langues africaines sont tonales, les batteurs pouvaient imiter la parole. Les « tambours parlants » étaient clé de l’organisation des rebellions des esclaves. Ils ont été interdits après plusieurs soulèvements meurtriers. Le code noir en Georgie interdisait aux esclaves de « battre le tambour et le soufflage de la trompette" sous peine de mort.

Son house

Ces peuples africains avaient subi une dislocation culturelle profonde. Beaucoup venaient de villes animées le long des fleuves Sénégal et Gambie. Bien qu’ils aient été dépouillés de leurs instruments, les langues et les pratiques religieuses persistaient. De même que les caractéristiques rythmiques, harmoniques, mélodiques ainsi que la forme d’un art qui ne laisse aucun artefact, la chanson. Dans l’église, la syncope, la polyphonie, les chants d’appels et de réponse ont transformé les hymnes européens dans spirituals. Les structures en ont été secouées. Dans les champs, ces caractéristiques ont survécu dans les chants de travail ayantdonné naissance au blues.

Les chants de travail dans les plantations étaint, principalement, chantés a capella, mais après l’émancipation, chanteurs de blues voyageant à travers le pays, utilisaient la guitare et de l’harmonica pour gagner de l’argent en jouant lors des pique-niques et des bals. Au fil du temps, le blues est devenu une musique qui exprime les luttes et les passions de l’interprette. A la fois charnelle et spirituelle. Il est intéressant de noter que que le solo instrumental qui a, relativement, peu d’importance dans la musique ouest-africaine, est devenu central pour le Blues. Cette musique a émergé dans un pays qui idolâtre l’individu et a écrasé tout le concept de tribu.

Jimmie Vaughan

Bien que les solos aient une grande importance dans le blues, ils sont régis par une esthétique musicale africaine. Ils relient la performance technique à l’émotion. Demandez à un fan de blues qui est un meilleur guitariste, BB King ou Steve Vai ? Et prenez du recul.

Les maîtres percussionnistes africains confisquent les bâtons d’étudiants m’as tu vu, et ne leur rendent uniquement quand ils arrivent à jouer avec suffisamment de maturité pour atteindre le coeur de leurs auditeurs. Jimmie Vaughan, guitariste blues texan affirme que « Le blues contient ces valeurs," Il rajoute : "si un musicien peut exprimer le blues et ce qu’il dit sur l’espace et le sentiment ... l’espace est aussi important que les notes. Parce que si ne vous donne pas l’espace, vous ne laissez pas le temps pour l’auditeur de ressentir ce qui a été dit."

Charlie Patton

Les Blues a revigoré la musique populaire américaine avec des techniques musicales africaines et les valeurs. Il a enfanté le rock and roll et le jazz. Le country blues a évolué aux côtés du blues classiques des années 1920 et 1930, chanté par des stars comme Bessie Smith accompagnées d’un big band ou combo mené par un piano . Les Blues a permis à des femmes comme Bessie Smith et Memphis Minnie de s"émanciper et de montrer à toutes qu’il est possible de faire autre chose que de passer sa vie à frotter les planchers des blancs. Il a fait les légendes des travailleurs issus des plantations comme Son House et Charlie Patton.

Memphis Minnie - Kissing In The Dark

Memphis Minnie

Alors que les Africains sont devenus les Afro-Américains, ils ont maintenu
leur éthique et esthétique. Même quand s’ils ont été dépouillés de leurs langues et de leurs religions. Ils ont transféré ces valeurs à un monde étranger et créé une nouvelle musique qui transcende les frontières raciales et culturelles, telles que blues. Aujourd’hui les artistes peuvent aller au Japon ou en Pologne et rencontrer des hordes de fans, qui, s’ils ne parlent de leur langue, ressensent leur musique au plus profond d’eaux. N’est-ce une grande réalisation culturelle ?

Robben Ford

Le guitariste Robben Ford aime à dire : "Le blues est une grande maison." Cette belle musique continue d’inspirer de nouveaux genres sous son toit. Il se révèle être l’un des plus forts, les cadres de musique, plus flexibles inspirants jamais créés.

Bal blues

Portfolio

Messages

  • Bonjour à tous les passionnés de Blues que cette musique transporte.
    Très bonne chronique Bluesiène que celle-ci !
    j’ajouterais simplement un complément au niveau des instruments qui ont fait le Blues par des mains pauvres et qui, pour la plupart ne pouvaient se payer une guitare ou un instrument du commerce à cette époque de début du 20e siècle en citant entre autre l’apparition des CigarBoxGuitares !!!
    - la « CBG » confectionnée avec les moyens du bord par des éléments de récupération tels que le coffret de cigares vide du patron, un tasseau pour manche ou un manche d’outil et des cordes en fil de fer ou de piano usagées pour les plus chineurs.
    - il en était de même pour les contrebasses réalisées avec une lessiveuse renversée sur laquelle on posait un manche à balais avec une corde métallique tendue entre la tête du manche et le fond de la dite lessiveuse. D’autres « bassistes » se servaient d’un bidon en tôle ou d’un récipient en terre cuite pour souffler de dedans.
    - d’une manière générale ils utilisaient des instruments fabriqués par leurs soins en recyclant ce qu’ils pouvaient trouver en rêvant de gagner un peu d’argent de leur travail et leur musique pour accéder à leur rêve : acheter un vrai instrument qui ferait d’eux un virtuose du Blues respecté et adulé.

    A ce jour, certains puristes ou Bluesmen roots jouent encore sur des CigarBoxGuitars (j’en fait parti et les confectionne moi-même)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?