Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://lyrics-a-paroles.fr/spip.php?page=snip&id_article=332"></iframe>

Avec « America’s Child », Shemekia Copeland interprète un blues de notre temps

vendredi 31 août 2018Joel-Yves

Shemekia Copeland - America’s child

Fille du célèbre bluesman Johnny "Clyde" Copeland, Shemekia a, un temps, accompagné son père dans ses tournées. A partir de 1998, elle a publié ses propres albums. « America’s Child », qui est sorti début août 2018 est son huitième. Il suit de trois ans « Outskirts of Love »

Le blues est un style musical qui permet aux musicien qui n’ont pas peur de laisser paraître leurs émotions ou leurs points de vue de s’exprimer. Sur cet album, Shemekia Copeland a rassemblé des textes qui vont bien au-delà des thèmes habituels du blues que sont l’infidélité et le chagrin d’amour. Certaines chansons abordent des sujets contemporains comme la résurgence de la haine et du racisme à la période Trump, ainsi qu’une chanson célébrant la diversité. La plupart d’entre eux ont été coécrits avec John Hahn. Il semble qu’une grande partie des chansons aient été écrites pour cet album, bien que des reprises de chansons plus anciennes, dont une de Johnny, le père de Shemekia Copeland, soient présentes. Le projet a été mené de main de maître en collaboration avec le guitariste, auteur-compositeur et producteur Will Kimbrough.

Shemekia Copeland

L’enregistrement fait à Nashville a permis à de nombreux invités (Emmylou Harris, Rhiannon Giddens et John Prine) de participer à la réalisation de l’album..

Les principaux musiciens sont : Will Kimbrough à la guitare solo, à l’orgue et à la guitare classique ; Al Perkins et Paul Franklin à la pedal steel guitar ; Lex Price à la basse ; et Pete Abbott à la batterie. Les musiciens invités comprennent J.D. Wilkes à l’harmonica, Kenny Sears au violon et Steve Cropper à la guitare.

Le blues Shemekia Copeland, y est tour à tour la voix de la raison, de la révolte, de la compassion et du plaisir pur et simple.

Shemekia Copeland

En ouverture, « Ain’t Got Time For Hate », co-écrit Will Kimbrough et John Hahn reflète atmosphère caustique actuelle. La chanson, puissante, est pertinente avec l’arrivée de son enfant, et l’état du monde. Son rythme est entraînant, la guitare et les cœurs, comprennant Emmylou Harris, Mary Gauthier et John Prine donnent le ton de l’album. Ce n’est pas pour que Joe Bonamassa l’a mentionnée comme l’une des « Best Blues Songs of 2018 ».

« American », co-écrit avec Mary Gauthier, exalte le potentiel de la variété étonnante des gens qui vivent dans le pays pour trouver un terrain d’entente. Une sorte de blues de la Nouvelle-Orléans

There’s an Elvis impersonator riding in an elevator
A Hindu from Yucatan asking to shake his hand
A slick haired deplorable thinking he’s adorable
A sandal wearing holy fool living by the Golden Rule
A loose lipped librarian, a Republican contrarian
An orthodox Baptist Jew wondering what Jesus would do
American, American, Still free to be you and me
 
Il y a un imitateur d’Elvis dans un ascenseur
Un hindou du Yucatan qui demande à serrer la main
Une chevelure lisse et déplorable pensant qu’il est adorable
Une sandale portant le saint fou vivant selon la règle d’or
Un bibliothécaire aux lèvres lâches, un républicain anticonformiste
Un juif baptiste orthodoxe se demandant ce que Jésus ferait
Americain, Americain, Americain, Toujours libre d’être toi et moi.

« Would You Take My Blood » est incisive et pose clairement les problèmes raciaux aux Etats-Unis

Love’s not something I expect
All I want is some respect
Call me stupid or naive
Why can’t we change what we believe
If it’s the last thing you ever do
Would you take my hand reaching out to you ?
Would you take my blood ?
Would you take my blood ?
Or would you rather die than share your life with mine ?
 
L’amour n’est pas quelque chose à laquelle je m’attendais
Tout ce que je veux, c’est du respect
Appelle-moi stupide ou naïve
Pourquoi ne pouvons-nous pas changer ce que nous croyons
Si c’etait la dernière chose que tu devais faire
Prendrais-tu la main qie je te tends ?
Prendrais tu mon sang ?
Prendrais tu mon sang ?
Ou préfairerais tu mourir que de partager ta vie avec la mienne ?
Shemekia Copeland

Soutenue par Will Kimbrough à la guitare solo, cette chanson est une puissante condamnation des thèses ségrégationnistes.

« Great Rain » co-écrit avec John Pine offre un ryhm’n’blues chanté en duo où la voix cristalline de Shemekia Copeland se mèle à celle de John Pine grave et rapeuse. La guitare toujours très présente marque une mélodie puissante. Un réel plaisir à l’écouter.

« Smoked han and peaches », de Mary Gauthier, se veut une mélodie qui se rapproche de la country. Rhiannon Giddens au banjo, y tient la vedette. Shemekia Copeland a une présence magnifique.

« The Wrong Idea », traite avec humour l’ambiance dans un pub de blues et la façon qu’une femme, en des mots clairs, a de mettre un type qui la drague, à sa place. Sur cette chanson, Will Kimbrough, brille vraiment . Il montre son habileté et sa subtilité en tant que musicien. Le timbre de sa guitare est chaleureux et séduisant.

Shemekia Copeland

« I Promised Myself » est une chanson écrite par Johnny Copeland, sur une mélodie de musique soul lente assez proche d’un blues. Shemekia Copeland tient superbement l’interprétation. Steve Cropper, un guitariste d’exception assure la partie guitare.

La reprise de « I’m Not Like Everybody Else », un morceau de Ray Davies enregistré en 1966 par les Kinks, est intéressante. Elle est interprétée sous la forme d’un Chicago Blues.

Shemekia Copeland

« One I Love » a été co-écrit par l’un des rockers les plus poétiques de la scène américaine, Kevin Gordon et Gwil Owen. Shemekia Copeland ajoute l’âme d’une femme à cette chanson et la fait parfaitement briller.

L’album se termine par un clin d’œil à sa plus grande réalisation à ce jour, son fils. "Go To Sleep Little Baby" est une chanson traditionnelle qui met en valeur le ton doux de la voix de Copeland.

Shemekia Copeland est l’une des grandes chanteuses de la musique populaire actuelle. Elle porte l’étendard d’un blues vivant et prospère, capable d’exprimer nos rêves et aspirations pour un monde meilleur. Au delà de ses capacités vocales, elle tire sa force de sa sincérité indéniable.

Shemekia Copeland

Shemekia Copeland - Such A Pretty Flame

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?