Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

Luther Allison

Luther Allison (17 août 1939 - 12 août 1997) était un guitariste de blues américain. Il est né à Widener, Arkansas, et a déménagé avec sa famille à Chicago en 1951. Il a appris la guitare par lui-même et a commencé à écouter le blues de façon intensive. Trois ans plus tard, il a commencé à traîner à l’extérieur des boîtes de nuit de blues dans l’espoir d’être invité à se produire. Il joue avec le groupe de Howlin’ Wolf et accompagne James Cotton.

La grande percée d’Allison a eu lieu en 1957, lorsque Howlin’ Wolf l’a invité à monter sur scène. Freddie King prend le jeune homme sous son aile, et après que King ait obtenu un contrat pour enregistrer un disque, Luther Allison gère son concert dans le house band d’un club du West Side de Chicago. Il travaille dans le circuit des clubs à la fin des années 1950 et au début des années 1960 et enregistre son premier single en 1965. Il signe un contrat d’enregistrement avec Delmark Records en 1967 et sort son premier album, Love Me Mama, l’année suivante. Il se produit sur un plateau et est bien accueilli au festival de blues d’Ann Arbor en 1969. Il est invité à se produire dans ce cadre au cours des trois années suivantes. Il effectue une tournée nationale. En 1972, il signe avec Motown Records, l’un des rares artistes de blues de ce label. Au milieu des années 70, il fait une tournée européenne. En 1977, il s’installe en France.

Allison était connu pour ses concerts puissants, ses longs solos de guitare soul et ses promenades dans la foule avec sa Gibson Les Paul. Il vit brièvement pendant cette période à Peoria, dans l’Illinois, où il signe avec Rumble Records, et sort deux enregistrements live, « Gonna Be a Live One in Here Tonight », produit par Bill Knight, et « Power Wire Blues », produit par George Faber et Jeffrey P. Hess. Luther Allison a joué dans le circuit des bars aux États-Unis pendant cette période et a passé huit mois de l’année en Europe dans des lieux très en vue, dont le Festival de jazz de Montreux. En 1992, il se produit avec Johnny Hallyday dans 18 spectacles à Paris, jouant également à l’entracte.

Le manager et agent européen de Luther Allison, Thomas Ruf, a fondé Ruf Records en 1994. En signant avec Ruf Records, l’artiste fait son retour en association avec Alligator Records. Le fondateur d’Alligator, Bruce Iglauer, a convaincu Allison de revenir aux États-Unis. L’album Soul Fixin’ Man a été enregistré et sorti en 1994, et Allison a fait une tournée aux États-Unis et au Canada. Il a remporté quatre W. C. Handy Awards en 1994. Avec le James Solberg Band qui l’accompagne, des tournées non-stop et la sortie de Blue Streak (avec la chanson « Cherry Red Wine »), Luther Allison remporte d’autres Handy Awards et acquiert une plus grande reconnaissance. Il a remporté plusieurs Living Blues Awards et a fait la couverture de publications de blues.

Au cours de sa tournée de l’été 1997, le musicien a été hospitalisé pour des vertiges et une perte de coordination. On a découvert qu’il avait une tumeur au poumon qui s’était métastasée au cerveau. Luther Allison est décédé le 12 août 1997, cinq jours avant son 58e anniversaire, à Madison, dans le Wisconsin. Son album Reckless venait de sortir.