Des Lyrics aux Paroles

where words fail music speaks

Aretha Franklin

Aretha Louise Franklin voit le jour le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee, Etats-Unis), mais sa famille s’installe à Buffalo (état de New York), puis dès 1948 à Détroit (Michigan). Elle n’a que sept ans lorsque sa mère Barbara Franklin quitte le foyer familial, avant de décéder prématurément.

Le père de famille, Clarence LaVaughn Franklin, est un pasteur et militant reconnu des droits civiques, commercialisant ses sermons enregistrés sur disques. Aretha Franklin a deux soeurs, Emma et Carolyn (qui tenteront chacune de leur côté une carrière dans la chanson), avec lesquelles elle se retrouve dans la chorale de la paroisse. Comme beaucoup de petites filles de sa génération, elle reste profondément influencée par les racines gospel de son art. Elle enregistre son premier disque à l’âge de quatorze ans, The Gospel Soul of Aretha Franklin, dans lequel elle s’accompagne déjà au piano.

Au début des années 60, elle s’installe à New York et travaille avec le label Columbia sans grand succès. Elle commence à se faire remarquer en 1967, lorsqu’elle s’associe avec deux producteurs - Arif Mardin et Jerry Wexler – qui lui permettent d’enregistrer sur le label Atlantic ses premiers grands tubes : I Never Loved a Man, Respect, Chain of Fools, I Say a Little Prayer ou encore Think. S’en suit une production constante pendant cinq ans.

Elle est la première chanteuse à apparaître en une du magazine Time. Martin Luther King lui remet le Christian Leadership Award. Sa version de la chanson « Respect » d’Otis Redding (n°1), toute en passion déchaînée, est assimilée par la communauté noire à un chant revendicatif. Mais les tabloïds préfèrent retenir cet incident de 1969 où elle est arrêtée pour tapage nocturne à Détroit.

Le début des années 1970 se poursuit sur un rythme équivalent et c’est durant cette période qu’elle enregistre ce que beaucoup considèrent comme l’un de ses albums les plus aboutis, Aretha Live at Fillmore West. Les années 80 voient la parution d’albums plus standardisés mais sa popularité ne faiblit pas : Aretha Franklin devient ainsi la première femme à rejoindre le Rock and Roll Hall of Fame, véritable panthéon du rock américain. Après plusieurs collaborations avec des artistes comme George Michael, Elton John ou encore Whitney Houston, elle fait paraître A Rose Is Still a Rose en 1998, un album davantage orienté vers le rap et le hip-hop. Puis, Aretha Franklin se fait plus rare sur scène : on peut néanmoins la voir aux côtés de Celine Dion, Mariah Carey, Gloria Estefan et Shania Twain lors du concert caritatif Divas Live 1998, ou interprétant l’hymne national à l’occasion de la finale du Super Bowl en 2006. Plus récemment, elle a chanté pour l’investiture du président Barack Obama.

Des graves problèmes de santé la conduisent à annuler ses concerts en 2010 et 2011. Mais en 2010, sort la compilation « The Essential Aretha Franklin ».

En 2011, elle collabore au titre « How Do You Keep the Music Playing », sur l’album « Duets II » de Tony Bennett, et publie sur son propre label Aretha’s Records, l’album « Aretha : A Woman Falling Out Of Love ».

Cette année 2011 est aussi celle de « Take a Look : Aretha Franklin Complete on Columbia » et de « The Great American Songbook », dans lequel elle reprend des standards. Elle est intronisée au UK Music Hall of Fame, comme une partie intégrante de la culture britannique.

En 2012, sort une compilation de 11 cd et 1 dvd : « Knew you Wer Waiting : The Best of Aretha Franklin 1980-1998 », qui comporte des pistes inédites, des conversations en studio, etc..

Le 17 octobre 2014, Aretha Franklin, qui a signé avec RCA Records, sort un album de reprises : « Aretha Franklin Sings the Great Diva Classics ». Le 1er single est « Rolling in the Deep » une reprise de la chanson d’Adèle, qui rentre dans le classement.

Elle est ainsi la première femme à avoir 100 chansons au Billboard Hot R&B/Hip-Hop. Cette même année, Harvard lui décerne un diplôme d’honneur pour sa contribution à la musique. Et elle se produit dans plusieurs villes américaines durant l’été, en commençant par un grand concert au Radio City Music Hall à New York, en juin.

En 2015, elle participe à une soirée en hommage à Carole King, la co-auteure de « (You Make Me Feel Like) A Natural Woman », durant laquelle elle jette dans le public en délire le manteau de fourrure qui l’accompagne presque toujours sur scène.

L’année 2017 est aussi celle des concerts annulés pour raisons de santé. Elle demande à son public de penser à elle durant leurs prières, et revient en juillet, très amaigrie. Elle annonce alors sa prochaine retraite et son envie de voir davantage ses petits-enfants.

Elle publie néanmoins en novembre, un cadeau d’adieu, « A Brand New Me », sur lequel sa voix se mélange aux arrangements symphoniques du Royal Philarmonic Orchestra, enregistré aux studios de Abbey Road, à Londres. Les 14 chansons « revisitées » sont issues du répertoire de ses années chez Atlantic, comme « Think », « Respect », etc. La star se produit également à un gala de charité pour la Fondation de Elton John contre le sida.

Aretha Franklin meurt le 16 août 2018 à l’âge de 76 ans à Détroit dans le Michigan aux États-Unis